shutterstock_wixCOUPPE_.png

GRATUIT ET SANS INSCRIPTION

 

consulter le dossier

keyboard_double_arrow_down_FILL0_wght400_GRAD0_opsz48.png
download_FILL0_wght400_GRAD0_opsz48.png
bandeautop.jpg
logoffv_2.jpg

À vélo tout
est plus beau!

FÉDÉRATION FRANÇAISE DE CYCLOTOURISME

©FFVélo

Sommaire

1.

Éditorial

Éditorial de Madame Martine Cano, Présidente de la Fédération Française de Cyclotourisme

2.

Envies de balades à la campagne ou en montagne, de traverser la France ou simplement de rouler en ville... Le choix d’un vélo passe avant tout par la pratique que vous allez en faire.
Quel vélo choisir, pour quel usage ? Conseils pour bien choisir son vélo.

3.

Les différents types de vélos électriques

4.

Conseils pour bien débuter, les réglages basiques de son vélo, balades en famille, sécurité... Les bons réflexes pour faire du vélo !

5.

Découvrir la France à vélo et ses territoires avec des circuits spécialement conçus pour leurs attraits touristiques, culturels et leur sécurité.

6.

Transmettre aux plus jeunes la passion du vélo et leur assurer un apprentissage complet et ludique.

Le cyclotourisme en club 

7.

8.

Liens utiles FFVélo

Éditorial

biketours-familie-auf-fahrraedern-oesterreich-werbung-Himsl.jpg
Martine-Cano.png

Présidente de la Fédération française de cyclotourisme

Martine CANO

©FFVélo

Vivez votre été à vélo !

 

Le vélo est une activité de plein-air géniale pour maintenir l’équilibre psychologique et physique de chacun. Les enjeux de santé publique et la préservation de l’environnement sont désormais au premier plan des préoccupations et doivent influer sur notre comportement. Dans ce contexte, la pratique du vélo revêt un intérêt essentiel : accessible, non polluant, économique, le vélo s’insère dans la société permettant à chacun d’améliorer son bien-être tout en préservant la planète.

 

Notre Fédération participe à ce développement depuis de nombreuses décennies en réunissant un large public, des plus jeunes aux séniors, afin que le vélo se transmette de génération en génération et fasse partie intégrante de notre mode de vie en France. Nous défendons la pratique du vélo, accessible à tous, sous toutes ses formes : vélo de route, VTT, VTC, Gravel ou vélo à assistance électrique.

 

La période estivale est la saison idéale pour découvrir le vélo. Nous vous apportons tous nos conseils dans ce dossier afin de rouler en toute sécurité, en famille ou entre amis. Entre bons plans et idées de voyages, vous pourrez ainsi enfourcher le vélo en toute sérénité.

 

Au-delà de l’été, nos 3 000 associations et des milliers de bénévoles, vous accueilleront toute l’année avec une attention particulière pour les débutants, pour lesquels ils proposent un accompagnement adapté. Vous pourrez ainsi vivre pleinement ce loisir en trouvant le rythme qui vous convient. Une palette complète d’activités accessibles à tous vient renforcer cette volonté d’accueillir chaque personne désireuse de rouler régulièrement.

 

Vous verrez, à vélo tout est plus beau !

 

Martine Cano

Présidente de la Fédération française de cyclotourisme

2. Le cyclotourisme s’adapte à toutes les envies

Quel vélo choisir, pour quel usage ?

Par Isabelle Gautheron, Directrice technique nationale FFVélo

Quel que soit le cycliste, débutant, occasionnel ou expert, le choix d’une monture est toujours source de questionnement. Face à la multitude de modèles proposés sur le marché, il y a de quoi s’y perdre. Le choix d’un vélo passe avant tout par la pratique que vous allez en faire.

  • Allez-vous rouler en ville, à la campagne, en montagne ?

  • Allez-vous rouler régulièrement et sur quelles distances ?

  • Êtes-vous plutôt vélo utilitaire, touriste à vélo ou grand randonneur ?

#1. Le vélo de ville

Si vous voulez vous rendre au travail à vélo ou faire vos courses, pas de doute, le « city bike » est conçu pour pouvoir rouler aisément en territoire urbain et périurbain. Il doit permettre de rouler en sécurité tout en procurant une position confortable. On peut fixer un panier et/ou des sacoches pour transporter ses affaires. Ce type de vélo doit être confortable et bien équipé.

debuter en douceur.jpg

©FFVélo

Le vélo à assistance électrique (VAE) pour se balader sans trop forcer ou aller travailler sans transpirer, l’assistance électrique permet de conserver son allure et d’affronter les côtes sans peiner. Le VAE constitue aussi une aide certaine lorsqu’un enfant prend place sur le siège.

Conseil : Pour éviter le vol de votre vélo en ville, accrochez-le toujours à l’aide d’un cadenas ou d’un système en U, même pour quelques minutes !

#2. Le vélo tout chemin (VTC ou trekking)

Si vous roulez à la ville comme à la campagne, sur le bitume ou les petits sentiers, le VTC est un engin adapté. Pour ceux qui veulent à la fois faire du sport mais surtout se faire plaisir sans s’épuiser lors de balades à vélo, le VTC est le vélo polyvalent par excellence. En roulant sur les chemins et les routes, vos pneus sont plus exposés aux crevaisons.

Conseil : Ne pas oublier le matériel de réparation : démonte-pneus, rustines, chambre à air, pompe.

#3. Le vélo tout terrain (VTT)

Le vélo tout terrain est l’engin idéal pour s’aventurer sur différents types de terrains (plats, empierrés, sablonneux, etc.) hors des sentiers battus. Les roues généralement ont un diamètre de 26 pouces. Soumis à rudes épreuves, les cadres doivent être solides. Il existe aujourd’hui de nombreux VTT, qui répondent en fait à différentes pratiques.

  • Pour les balades en famille, le VTT possède généralement une fourche avant suspendue et pas de suspension à l’arrière (semi rigide). La fourche à l’avant permet un certain confort en amortissant les aspérités du terrain.

  • Pour les randonnées sportives, le VTT tout suspendu est conseillé. Pour la suspension arrière, l’amortisseur sur le cadre a pour avantage un meilleur confort sur les terrains très accidentés, mais pour inconvénient le prix, le poids et la perte d’un peu de puissance au pédalage (effet de pompage).

  • Pour la descente, l’engin est plus spécifique pour permettre de dévaler les forts pourcentages à grande vitesse, tout en accomplissant des sauts. La fourche sera pourvue de suspensions avec grand débattement (plus de 180 mm).

Conseil : Choisissez plutôt un VTT ayant des freins à disques, plus performant que les freins « V-brake »

#4. Le vélo de route

Les vélos de route sont divisés en 2 grandes familles :

  • Le vélo de randonnée est conçu pour ceux qui veulent faire du tourisme à vélo en se déplaçant sur de moyens ou longs trajets, en autonomie. Le vélo de route est pourvu de roues de 26 pouces, 650 ou 700c (28 pouces) avec des pneus robustes et de moyennes sections pour rouler sur les véloroutes et voies vertes tout en gardant une bonne tenue de route. La selle sera confortable pour les longues sorties. Le vélo sera muni d’une large gamme de développements (vitesses) avec un triple plateau et une cassette arrière comprenant 9 ou 10 pignons pour affronter n’importe quel type de terrain (plat, descente, montée). Pour la randonnée au long cours, le vélo sera équipé de porte- bagages, avant et arrière, d’une sacoche de guidon, d’un nécessaire de réparation et de l’éclairage.

  • Le vélo cyclosportif sera léger et dépourvu d’accessoires. Sa légèreté a un coût non négligeable. Il existe des cadres en carbone, à la fois légers et rigides, mais plus onéreux que les cadres acier ou aluminium. Équipé de roues légères avec jantes carbone et pneus de petites sections (20 ou 23mm), pour limiter les frottements sur le bitume, et ainsi accroître le rendement. Ce type de vélo est davantage utilisé sur les terrains accidentés, moyenne et/ou haute montagne.

Conseil : Il existe plusieurs hauteurs de cadre (XS, S, M, L, XL), chacune correspond à une taille précise.

#5. Le vélo enfant

Suivant la taille et l’âge des « cyclistes en herbe », il existe de nombreux vélos conçus exclusivement pour une pratique ludique. C’est l’âge de l’apprentissage en sécurité. Le vtt est généralement le premier vélo mais on trouve également de petits vélos conçus pour la route.
Taille de l’enfant = Taille du vélo :

  • 0,90m à 1,05m = 14 pouces

  • 1,05m à 1,20m = 16 pouces

  • 1,20m à 1,35m = 20 pouces

  • 1,35m à 1,55m = 24 pouces

Conseil : Éviter de prendre la taille au-dessus en pensant que l’enfant va grandir. Le vélo doit être adapté à sa taille, ni trop petit, ni trop grand !

LE GRAVEL

 

Vélo de toutes les libertés, le gravel est un vélo à mi-chemin entre le vélo de route et le VTC. Vélo polyvalent il permet de rouler quasiment partout. De l’asphalte d’une route aux sentiers accidentés en passant par des chemins caillouteux ou forestiers... il s’adapte tous les types de terrain et tous les reliefs.

Tout en adoptant la géométrie d’un vélo de route ses composants vont lui permettre plus de robustesse et de polyvalence : les pneus plus larges (plus de 50mm pour certains) associés à des freins à disque pour un freinage plus efficace même dans la boue.

Quelles  différences entre un gravel et un VTC ?

Si ces deux modèles se rapprochent ils n’en sont pas pour autant identiques.

   - La position plus inclinée sur le gravel par rapport au VTC qui présente une position un peu plus relevée.

   - Le gravel est plus léger que le VTC

   - Le gravel peut être équipé de cintre (le guidon) courbé comme sur les vélos de route ou droit comme les VTT alors que les VTC ont des cintres droits.

    - Les VTC sont généralement équipés de porte-bagages alors que des sacoches peuvent être directement fixées sur le gravel pour un mode de voyage léger.
 

Des événements partout en France

Les clubs de la Fédération française de cyclotourisme développent cette activité et proposent déjà plus d’une centaine d’événements Gravel. Retrouvez l’agenda sur : veloenfrance.fr/calendrier-randonnees

3. Focus sur le VAE

Les différents types de vélos électriques

electric-bikes-overall-rad-power-radcity-4-review-luxe-digital_2x.jpg

Le succès du vélo à assistance électrique (VAE) s’explique aisément par le réel confort de conduite et de pédalage qu’il procure.

 

Avec l’aide du moteur qui peut vous propulser jusqu’à 25km/h, vous dites adieu aux montées poussives, aux efforts face au vent et vous parcourez de plus longues distances sans vous fatiguer tout en profitant des bienfaits du vélo ! Parce que type de vélo... reste avant tout un vélo. Le moteur électrique partage l’effort quand vous pédalez et s’arrête lorsque vous ne pédalez plus. Il s’agit bien d’une assistance !

 

Que ce soit pour se rendre au travail sans transpirer, pour un usage sportif ou pour faire du tourisme il existe aujourd’hui une large gamme de VAE qui s’adapte à tous les usages :

 

Vélo de Trekking à assistance électrique

Vous profiterez d’une position de conduite confortable qui vous permettra de vous attaquer à de longues distances sans problème. Les sensations de randonnée à vélo sont les mêmes.

VTT à assistance électrique

Les parcours qui semblaient trop éloignés deviennent plus accessibles et les ascensions difficiles ne sont plus un obstacle à votre plaisir.

 

Vélo de ville à assistance électrique

L’utilisation de votre vélo ne se résumera plus forcément aux trajets quotidiens. Vous pourrez vous rendre au travail en pédalant sans arriver en sueur.


VTC à assistance électrique

La version électrique de ce type de vélos est idéale pour ceux qui parcourent de plus longues distances pour aller au travail. Leurs grandes roues de 28 pouces s’adaptent à tous types de route.
 

Le choix de la batterie et de la motorisation

La batterie

La capacité des batteries des VAE est exprimée en wattheures (Wh), comprise en général entre 300 et 600 Wh. Plus la capacité est grande, plus l’autonomie a de chances d’être élevée.

Vous rencontrerez peut-être également deux autres valeurs : ampères-heures (Ah) et  volts (V). La valeur en ampères-heures donne une idée de l’autonomie : plus elle est importante plus elle tiendra longtemps. La valeur en volts (V) correspond au « tonus » de l’assistance.

 

Le Moteur 

Les VAE sont équipés de moteurs d’une puissance de 250 W maximum.

La majorité des configurations situe le moteur soit dans le pédalier, soit dans la roue arrière.

 

La motorisation progressive

Le niveau de l’assistance est fonction du mode choisi sur sa console et de la force exercée sur les pédales. Plus vous appuierez sur les pédales, plus l’assistance sera importante.

La motorisation « tout ou rien »

L’assistance se déclenche dès les premiers coups de pédales et ce, indépendamment de la force que vous exercez. Vous pouvez cependant influencer le degré d’assistance en choisissant un mode sur la console de votre vélo électrique : turbo ou éco.

Bilboard-Juillet-2022-Vélo (002).jpg

4. Conseils pratiques et astuces de pros

Débuter en douceur

Par Isabelle Gautheron, Directrice technique nationale de la FFVélo

Le premier principe à respecter est de ne pas être trop gourmand tant en distances qu’en difficultés. L’erreur consisterait, par exemple, à vouloir accomplir une première sortie d’une cinquantaine de kilomètres sans préparation.

Vous éprouveriez les pires difficultés à la terminer et cela engendrerait d’inévitables douleurs musculaires, crampes ou autres courbatures d’effort. Au contraire, fixez-vous un objectif plus modeste.

Deux heures de selle sur un terrain relativement plat pour débuter suffisent amplement.

Conseil : à chaque sortie, vous augmenterez la durée (+15’)

DEBUTER.jpg

©FFVélo

 
 
 

#1. Pratiquer en endurance

Au niveau du rythme de pédalage, tournez les jambes en souplesse en employant un petit braquet *. Une bonne indication consiste à compter son rythme de pédalage, lequel doit se situer aux alentours de 80 rotations de pédales par minute (80 RPM). Pensez qu’au début vous devez travailler essentiellement votre capacité aérobie : le maître-mot est régularité.
L’endurance est la qualité de base qui permet de soutenir un effort d’intensité faible ou moyenne pendant un temps assez long. Lorsque vous abordez une montée, n’hésitez pas à réduire votre braquet, (exemple 39X18 sur le plat, 39X23 en montée).

Conseil : en cours de route, si d’autres cyclistes vous doublent, ne cherchez surtout pas à les suivre.
 

#2. Ecouter son corps

La position assise peut entraîner certaines contraintes qui toutefois se dissiperont rapidement après plusieurs sorties. Vos muscles fessiers ont certainement oublié le contact prolongé avec la selle. Décontractez les en pédalant de temps à autre en danseuse, même sur le plat. Vos bras, votre nuque, votre dos n’ont plus l’habitude de cette position cycliste si caractéristique. Et si vous ressentez de petites contractures, elles ne seront que passagères et s’estomperont après quatre à cinq séances.

Conseil : avant d’attaquer la côte, pensez à votre respiration et n’hésitez pas à effectuer trois à quatre inspirations forcées afin de permettre une meilleure ventilation pendant l’effort.
 

#3. Préparer ses muscles 

Ne partez pas trop vite. Prenez soin d’échauffer vos muscles. L’échauffement commence lentement, en souplesse. Il s’oriente vers la recherche de la cadence de jambes, grâce à l’utilisation de petits braquets. Toute activité sportive sollicite l’organisme de manière plus ou moins importante, le faisant passer du stade du repos à celui de l’effort. Ces modifications fonctionnelles (augmentation du rythme cardiaque et respiratoire) ne peuvent en aucun cas s’effectuer brusquement. C’est la raison pour laquelle l’organisme doit être préparé à fournir les efforts.

Conseil : quelques mouvements d’étirements avant chaque sortie vous aideront à préparer votre corps et vos muscles à l‘effort.

#4. Roulez maintenant !

Cette reprise en douceur n’a de sens que si elle est réalisée de façon régulière. Après une dizaine de sorties, les bienfaits du vélo se feront ressentir. Vous aurez amélioré sensiblement votre vélocité, votre tonus musculaire et votre respiration. Vous pourrez alors, sans aucun risque, quel que soit votre âge fournir un ou deux efforts brefs de façon à amener le cœur à travailler un peu plus en intensité.

Vous l’avez compris, si vous respectez ces quelques recommandations, vous vous apercevrez très vite de la réalité de vos progrès et de la joie que procure la parfaite adaptation de votre corps à la pratique du vélo en cyclotourisme. Les bienfaits de l’exercice physique sont d’autant plus importants que si l’activité est pratiquée de façon régulière.

Conseil : Pour vous aider à débuter, contactez un club proche de chez vous et bénéficiez de 3 sorties gratuites pour commencer.
 

Six bonus au débutant

  • Vérifier le bon état de son vélo avant de prendre la route 

  • Régler correctement sa position : hauteur de selle et de guidon,

  • Choisir des petites routes à l’écart des grands axes pour réaliser vos parcours,

  • Rouler en utilisant de petits braquets* et penser à tourner les jambes en souplesse,

  • Adopter une allure régulière et modérée ; pédaler sans essoufflement,

  • Allonger progressivement la durée à chaque sortie (+15’).
     

*Braquet : c’est  le rapport de démultiplication entre le pédalier et le pignon arrière, c’est à dire le nombre de dents du plateau (avant) divisé par nombre de dents du pignon (arrière). Exemple : 39×18 . Pour dépenser le moins d’énergie possible et donc s’économiser, il est indispensable de bien adapter le pignon et le plateau du vélo en fonction de la pente de la route.

choisir-son-velo.jpg

Les réglages basiques de son vélo

Par Isabelle Gautheron, Directrice technique nationale de la FFVélo

La position du cyclotouriste sur sa machine doit être réglée avec une attention particulière en tenant compte de sa morphologie. Nous disposons de trois points d’appui essentiels : la selle, le cintre, les pédales. Du réglage de ces trois éléments dépend la bonne attitude. Une position adaptée améliore le rendement des muscles au cours des différentes phases du pédalage. En revanche, de nombreux ennuis musculaires et tendineux (tendinites, crampes, lombalgies, courbatures) ont souvent pour origine la mauvaise posture. Pour vous aider, voici quelques réglages basiques.

Repère : le placement du pied sur la pédale détermine l’efficacité de la force d’appui et la mobilité articulaire de la cheville.

©FFVélo

zone-reglage-cale.jpg

A. Le pied sur la pédale :
Commencer par localiser l’articulation du gros orteil. Marquer son emplacement sur la chaussure. La cale sous la chaussure doit alors être réglée (avance, recul) de façon à ce que cette marque se situe au-dessus de l’axe de la pédale. On agit sur la cale située sous la chaussure. Le bon réglage consiste à placer l’axe de l’articulation du gros orteil (bosse sur le bord interne du pied) à l’aplomb de l’axe de la pédale lorsque le pied est horizontal.

hauteur-selle.jpg

B. La hauteur de selle :
Elle se mesure de l’axe de pédalier au centre du creux de selle. Une recette simple : la hauteur de la selle se règle de telle façon que lorsque la pédale est au point le plus bas de sa course, le cycliste, en posant le talon sur cette pédale doit avoir la jambe complètement tendue. Effectuez un contrôle en pédalant en arrière avec cette fois les deux talons sur les pédales, un léger déhanchement doit être alors perçu. S’il est trop important, baissez légèrement la selle et contrôlez à nouveau.

Repère : Une selle trop haute provoque une bascule du bassin à chaque coup de pédale et entraîne une fatigue supplémentaire au niveau du dos.

C. Le recul de selle :

Placer les manivelles rigoureusement à l’horizontale. Assis normalement sur la selle, la cale de chaussure enclenchée sur la pédale. Un fil à plomb partant de la face antérieure de la rotule tombe au centre de l’axe de la pédale.

Repère : Vérifiez l’orientation de la selle : Le bec de selle doit se situer dans l’alignement du tube horizontal.


 

D. L’inclinaison de la selle :

Placer la selle en position horizontale, en jouant sur le réglage du chariot. A l’œil, le réglage est impossible, surtout avec un cadre «sloping». Assis, le bassin ne doit pas glisser vers l’avant. Une légère inclinaison (2mm) vers le bas est recommandée pour les dames. Le bassin ne doit pas avoir tendance à glisser vers l’avant.

Repère : Vérifier l’inclinaison avec un niveau à bulle.

  

recul-selle.jpg

E. La longueur de la potence :

Elle détermine la distance entre la selle et le cintre. Elle est fonction de la longueur des membres supérieurs et de la souplesse de la colonne vertébrale, notamment au niveau lombaire. La longueur de la potence conditionne l’accès facile aux poignées de freins pour la sécurité et évite des tensions au niveau des cervicales. Le réglage consiste à saisir le cintre dans sa partie profonde (creux du cintre), le cycliste, bien assis sur sa selle, fléchit en avant le tronc de telle manière que l’avant-bras et la main, bien alignés, soient horizontaux.

Repère : L’angle formé par le bras et l’avant-bras doit être droit. Un angle trop ouvert indique une potence trop longue.


 

F. La hauteur du cintre :

Elle se définit par rapport à celle de la selle déjà réglée en bonne position. En théorie, et jusqu’à une certaine

limite, plus le cintre est bas, plus la position est aérodynamique. A l’inverse, un cintre trop relevé accentue la

prise au vent mais soulage les membres supérieurs et les cervicales et fait porter l’essentiel du poids du

corps sur le périnée et les ischions en contact avec la selle.

Repère : En général, la hauteur du cintre est égale ou inférieure à la hauteur de la selle, comprise entre 0 et

6 cm en dessous de la partie supérieure de la selle.

G. Le positionnement des poignées sur le cintre :

Elles doivent être exactement à la même hauteur (à contrôler avec une règle) et permettre d’une part de reposer facilement les mains sur les cocottes et d’autre part d’accéder facilement aux leviers de freins. Orienter le cintre de telle façon que les cocottes soient dans le prolongement du haut du cintre et à horizontale.

Repère : Choisir des poignées de frein à la taille des mains de l’utilisateur. C’est la pince de freinage.

H. La largeur du cintre :

Elle doit être égale à la largeur des épaules, c’est à dire à la distance entre les deux os qui font l’angle de l’épaule. (Diamètre bi-acromial)

Repère : Mains sur les cocottes de freins, les bras tendus doivent être parallèles. Éviter d’utiliser un guidon trop large.

La position ainsi définie réduit la fatigue, supprime les douleurs tout en limitant les tensions musculaires et articulaires. C’est au cours de vos sorties successives que vous ressentirez les bienfaits d’une position adaptée et équilibrée. Afin d’optimiser la position, certains fabricants ont établi un programme informatique. A l’issue de la prise de mensurations, les données enregistrées permettent de définir les dimensions du cadre et des différents réglages de la position. L’assistance par ordinateur facilite les calculs et permet d’éviter bien des erreurs.

Six bonus pour être bien en selle :

  • C’est le vélo qui doit être adapté à votre morphologie et non l’inverse,

  • Pour vérifier votre position, faites-vous assister par une personne compétente (moniteur fédéral ou vélociste). Il est conseillé d’avoir recours à une étude posturale,

  • La bonne position procure une impression de facilité et de confort dans la pratique,

  • Si une douleur articulaire ou tendineuse apparaît, vérifiez immédiatement vos réglages pour en déterminer la cause,

  • Lors de l’acquisition d’un nouveau vélo, reporter avec précision les cotes de position de l’ancienne machine,

  • Une position adaptée améliore le rendement des muscles au cours du pédalage.

Coup de cœur !

Mieux que de longs discours, l’avis d’une utilisatrice de l’application Balades en Bourgogne vous convaincra, comme nous le sommes, que cet outil est indispensable pour découvrir la Côte d’Or à travers des dizaines de balades à vélo, à pied, en VTT...

 

Mélanie – Paris

N’hésitez pas à télécharger cette application, elle est très bien faite, très complète et permet de prendre connaissance et d’explorer des endroits de la bourgogne que l’on ne soupçonne pas !

 

Des audio guides culturels, des explications sur les fameux "climats du vignoble de Bourgogne", des indications directionnelles et touristiques vous permettent de découvrir la Côte d’Or selon différentes thématiques liées au patrimoine, à la gastronomie, à l’œnotourisme, à la nature ou encore au fluvial !

 

Balades en Bourgogne : Application gratuite et disponible sur toutes les plateformes de téléchargement.

baladeEnBourgogne.jpg

Sécurité : 8 bons réflexes !

Le partage de la route en toute sérénité est possible ! Il convient d’adopter les bons réflexes parce qu’à vélo, la sécurité n’est pas une option.
Pendant vos vacances, vous utiliserez certainement le vélo pour partir à la découverte d’un lieu touristique. Si faire du vélo ne s’oublie pas, quelques bons réflexes vous aideront à mieux profiter, en roulant en toute sécurité.

DOC4.1 - Sécurité - 8 bons reflexes.jpeg

Un équipement conforme au Code de la route

Il y a des équipements obligatoires et vous devez veiller à leur bon fonctionnement. La sonnette, tout d’abord, doit pouvoir s’entendre à 50 mètres au moins. Les deux freins doivent être en bon état de fonctionnement et des catadioptres sont présents sur les roues, les pédales, à l’avant et à l’arrière du vélo. Enfin, les dispositifs d’éclairage sont obligatoires blanc ou jaune à l’avant et rouge à l’arrière et doivent être actionnés de nuit, et de jour par mauvaise visibilité. D’ailleurs, vous porterez un gilet rétro-réfléchissant dans les mêmes conditions, si vous êtes hors agglomération (nous vous conseillons même de l’utiliser en ville…). Évidemment, le casque est obligatoire pour les enfants de moins de 12 ans, mais nous le recommandons fortement pour tout le monde car il peut réduire la gravité des blessures lors d’un choc.

Votre vélo doit aussi être en bon état : vous vérifierez notamment le gonflage de vos pneus, le serrage de votre guidon et de votre selle, et les attaches de vos roues.

Enfin, l’usage d’écouteurs et du téléphone portable est interdit en roulant : arrêtez-vous sur le bas-côté (et non au milieu de la chaussée…) pour prendre vos photos !

Partagez la route avec les autres usagers

D’abord, il y a un impératif : le respect du code de la route. Cela semble logique, mais le rappel est utile… Par exemple, vous devez vous arrêtez au stop, aux feux orange, rouge fixe et rouge clignotant. Vous devez aussi respecter le sens interdit.

Lorsque vous roulez, pensez à bien vous positionner sur la chaussée la route est à tout le monde ! Roulez à droite et à environ 1 mètre des voitures ou du bord du trottoir. Si vous circulez à 2 ou plus, n’oubliez jamais que même si c’est autorisé, le passage en simple file est obligatoire lorsqu’un véhicule souhaite vous doubler ou que les conditions de circulation l’exigent. Évidemment, on ne zigzague pas entre les voitures et on ne circule pas sur les trottoirs (seuls les enfants de moins de 8 ans y sont autorisés…). Nous vous conseillons de vous placer devant les véhicules, aux intersections afin d’être très visibles, et d’utiliser au maximum les bandes et pistes cyclables lorsqu’elles existent, ainsi que les SAS à vélos.

Bandes cyclables, pistes cyclables, voies vertes : quelles différences ?

Il existe une multitude d’aménagements pour l’usage du vélo, en ville ou en milieu rural. Vous serez amenés à les emprunter successivement durant vos balades. La piste cyclable est une voie réservée aux cyclistes et séparée du reste de la chaussée ; suivant la signalisation, elle sera obligatoire (panneau bleu rond), ou facultative (panneau bleu carré). La bande cyclable est une voie de circulation de la chaussée, réservée aux cyclistes : cela permet d’être mieux identifiés dans le flux de circulation. Enfin, la voie verte est «une route exclusivement réservée à la circulation des véhicules non motorisés, des piétons et des cavaliers » (sauf cas spécifique). Dans tous les cas de figures, nous vous invitons à partager l’espace et à respecter les autres usagers, à maîtriser votre vitesse, à anticiper et à être vigilants en toutes circonstances.

Apprendre en famille

La Fédération française de cyclotourisme vous accompagne avec des jeux pour tester vos bons réflexes à vélo. Il y en a pour tous les âges et pour toutes les envie, de la mémoire au jeu de l’oie ! Ainsi, vous pourrez vous entraîner, réviser, vous lancer des défis en famille ou entre amis. Rendez-vous sur : ffvelo.abeilles-jeux.fr

©FFVélo

CONSEILS PRATIQUES

Séjours-familles.jpg

5 conseils pour votre balade vélo en famille
 

Le vélo est une activité sportive qui se transmet de génération en génération. Rouler en famille, c’est partager un moment unique pour se ressourcer et se réunir autour d’une activité commune.

Quelques conseils pour quelques sorties sympas durant les vacances... Essayez : ça plaira à tous les âges !

1. Votre parcours
Pour une sortie vélo, si vos enfants sont sur un vélo autonome, assurez-vous qu’ils aient acquis certaines bases pour rouler : suivre une trajectoire, pédaler de façon constante, reconnaissance de la signalisation routière. 

Ensuite, côté condition physique, nous vous conseillons des parcours de niveau très facile à facile (vert/bleu côté code couleur, comme au ski…). Il s’agira d’une distance ne dépassant pas 40 kilomètres pour une journée avec des enfants à partir de 12 ans, et 30 kilomètres sur la journée pour des enfants plus jeunes. Vous pouvez toujours opter pour une roue additionnelle, voire une carriole pour les plus petits mais attention à multiplier les pauses, et à rouler sur des routes et chemins carrossables. 

Nous vous invitons également à choisir un parcours au cours duquel vous pourrez faire des haltes avec d’autres activités (visites, pique-nique, jeux…), afin de varier les plaisirs et toujours avoir un objectif à la sortie vélo.

Trouvez des circuits de différents niveaux de difficulté sur le site veloenfrance.fr

 

2. Respectez le Code de la route et les autres usagers
Avec les enfants vous privilégierez les pistes cyclables et autres Voies vertes, ou encore des routes à faible circulation. Cela n’empêche pas de respecter les autres usages et les réglementations : priorité aux piétons, rouler à droite, stops, feux rouges… Pensez à vous mettre en file indienne chaque fois que les conditions de circulation l’exigent. La route ne vous appartient pas, il faut la partager.

 

3. Votre matériel indispensable
N’oubliez pas le nécessaire de réparation et la pompe. Emportez vos papiers d’identité, de l’argent, de quoi vous orienter. Évidemment, à boire et à manger ! Le casque est obligatoire pour les enfants de moins de 12 ans, mais nous le conseillons vivement au-delà, donc aussi pour les adultes. Côté vêtements, vous opterez pour des tenues confortables de couleur claire. Afin d’être complets niveau équipement, vous pouvez aussi mettre des gants (utiles pour le confort et en cas de petite chute), et des lunettes (pour le soleil et des branches éventuels sur les chemins forestiers).

©FFVélo

4. L’échauffement est essentiel

En début de sortie, pensez à utiliser de petits développements (pédalage facile), à partir avec une allure modérée, et constante. Cela permet de se familiariser à la route ou au chemin, d’être attentif à votre petit groupe. Si vous le pouvez, partez également face au vent afin que le retour soit moins pénible.

5. Les réflexes pour rouler en groupe

En groupe, votre progression doit donc être constante afin de limiter les à-coups. Un adulte à l’avant donnera ce rythme et l’adulte à l’arrière alertera pour temporiser. Des changements brusque du rythme entrainent de la fatigue supplémentaire, mais peuvent aussi poser des problèmes de sécurité. Pensez à anticiper vos changements de direction, de route ou de chemin (« à droite » et on met le bras…), les arrêts éventuels (« on s’arrête »), avec des gestes et des paroles simples et compréhensibles par tout le monde.

©Cyclomag

Pédaler-en-famille3-1.jpg

©FFVélo

Le mariage de l’eau et de la terre !

 

La Voie Bleue est une célèbre véloroute qui s’étire sur 700 km du Luxembourg à Lyon... En passant, pour notre plus grand bonheur, en Côte-d’Or.

 

L’itinéraire sur lequel nous vous convions est intimement lié à l’eau mais pas que... ! Entre canal du Rhône au Rhin et bords de Saône le long de chemins de halage et les petites routes tranquilles à travers la campagne bourguignonne c’est une invitation remplie de quiétude et de découverte que vous offrons.

 

Si l’on vous dit que cette balade d’environ 2h30 à travers une bourgogne authentique est idéal pour tous niveaux et donc les familles, il ne vous reste plus qu’à enfourcher votre vélo pour 26 km de plaisir et de rencontre d’un patrimoine naturel, historique et culturel préservé, d’Auxonne à Saint-Jean-de-Losne.

 

Votre itinéraire :  Au départ des fortifications d’Auxonne le long du chemin de halage jusqu'à l'intersection avec la D31 à hauteur des Maillys. Puis les petites routes de campagne pour retrouver l'EuroVelo 6 et le canal du Rhône au Rhin après Samerey qui vous ramène tranquillement sur les bords de Saône. La Voie bleue vous amènera en rive gauche à proximité de Saint-Jean-de-Losne qui offre une perspective magnifique sur cette cité fluviale où les quais baignent dans la rivière. Une pause incontournable sur votre parcours !

 

Auxonne, au pays des cours d’eau et de la quiétude

Ancienne place forte bourguignonne, Auxonne a gardé de son passé de ville-frontière d’importantes fortifications, un Arsenal construit par Vauban et un château édifié sous Louis XI. Bonaparte séjourna 2 fois à Auxonne entre 1788 à 1791. Ville impériale depuis mars 2022, Auxonne rend aussi hommage à Napoléon Bonaparte, élève à l’École royale d’artillerie de 1788 à 1791, à travers un circuit de visite dédié au célèbre personnage et une statue sur la belle place d’Armes.

 

Saint-Jean-de-Losne, premier port fluvial de plaisance de France !

Au carrefour de toutes les plus grandes voies navigables de France, Saint-Jean-de-Losne est idéalement situé aux confluents de la Saône et de l’Ouche, du Canal de Bourgogne et du Canal Rhin-Rhône ! Port d’attache ou simple escale, le village est prétexte à de douces découvertes comme l’Hôtel de Ville, un bel immeuble du XVIIIe siècle avec un ensemble de papier peint antérieur à la Révolution l’église Saint-Jean-Baptiste avec son mobilier et son orgue du XVIIIe siècle ou encore son musée de la batellerie.

Parcours en canoë « EcoPagayeurs » : Reposez vos jambes pour faire travailler vos méninges. Découverte de la vie aquatique et des bords de Saône accompagné d’une carte et d’un questionnaire environnemental. Repérez les bornes installées tout au long du parcours et répond aux questions. A partir de 13€ et 5 ans (savoir nager). Sorties à thème en soirée l’été sur inscription.

10 Conseils pour vos vacances à vélo en France

Vous avez des envies d’évasion ? Le vélo est le meilleur atout pour voyager en liberté, sans polluer, à la rencontre des gens et des paysages. Et n’ayez aucune crainte, car c’est formidable ! Voici les 10 conseils passionnés pour vous lancer sur votre premier voyage à vélo.

1/ Choisir son type de séjour


C’est le moment de la réflexion. Le tout dépendra de votre planning et de votre budget. Par exemple, si vous avez 7 jours devant vous, nous vous conseillons de trouver un itinéraire proche de chez vous de 300 kilomètres environ si vous débutez à vélo, afin d’avoir le temps de visiter et profiter de vos vacances. En fonction de votre budget, la destination ou le type d’hébergement évoluera (en camping ou chez l’habitant : cela limitera vos dépenses par rapport à l’hôtel). Ensuite, pensez à regarder le climat et les dénivelés sur le parcours (pour savoir si vous avez besoin d’entrainement !). Enfin, n’oubliez jamais de répondre à vos envies (les lieux que vous rêvez de découvrir). Pour vous aider dans vos recherches, consultez les témoignages de voyage à vélo. Internet regorge de cyclotouristes qui aiment partager leurs aventures !

veloenFrance.jpg

©FFVélo

2/ Choisir son type d’hébergement


Lorsque votre destination sera choisie, c’est au tour des hébergements, il en existe plusieurs sortes. Ce choix conditionnera votre matériel à transporter : en dur ou sous toile ? Dormir sous un toit n’implique pas forcément un budget important en choisissant une solution type warmshowers.org. Cela vous évite de transporter toile de tente et matériel de camping…

Côté camping, vous pouvez opter chez l’habitant également avec homecamper.fr par exemple, ou tenter le bivouac (qui n’a jamais rêvé de s’installer au milieu de la nature, au coucher du soleil pour repartir le lendemain à la première heure ?). Dans ce dernier cas, renseignez-vous bien avant de vous installer (en France, les lieux sont réglementés…). En fait, votre hébergement durant le voyage, c’est un choix de vie à décider avant de partir !

Côté réservations, nous vous invitons à regarder les possibilités d’hébergements sur votre parcours pour ensuite constituer des étapes crédibles. Ensuite, vous réserverez au fur et à mesure de votre périple afin d’adapter au mieux en fonction de votre progression.

3/ Combien de kilomètres par jour ?


Mieux vaut rester modeste au départ sur les distances que vous allez parcourir. Adaptez-les en fonction de l’endroit (dans des zones plus touristiques, vous risquez d’avoir de la circulation…), du climat, de votre forme physique. Pensez à toujours laisser du temps pour vous laisser ensuite la liberté de prendre des détours, d’improviser une nouvelle étape. Vous pourrez aussi avoir envie de profiter d’un lieu que vous appréciez. Surtout, vous serez plus libres, donc moins obnubilés par l’horaire d’arrivée.

En programmant des étapes assez courtes, de 40 kilomètres par exemple, qui se feront assez naturellement en une journée, vous pourrez adapter après 4-5 jours de voyage pour allonger les étapes. Vous verrez, l’entraînement vient très vite et il n’est pas impossible de vous retrouver à faire 100 km et plus bientôt !

trouver son velo.jpg

©FFVélo-JL.ARMAND

4/ Trouver son vélo


Encore une fois, tout dépend de ce que vous avez prévu de faire. VTT pour des chemins, un VTC pour un peu plus de mixité, ou un vélo de voyage qui sera plus adapté pour des longues distances. Trouvez le vélo sur lequel vous vous sentez bien : une posture ni verticale, ni totalement allongée.

Et puis, les super technologies ne servent à rien et peuvent même devenir un problème en cas de panne mécanique. Même la fourche suspendue, bien qu’elle soit un atout pour le confort. En fait, si vous avez beaucoup de poids, mieux vaut une fourche rigide pour mettre des sacoches avant. Sinon, vous serez obligé de mettre tout votre poids à l’arrière (risque de casse de votre roue et déséquilibre du vélo…).

Si vous faites un achat, voici les points qui peuvent être des atouts confort :

  • Une très bonne selle adaptée pour les longues distances.

  • Une bonne béquille pour supporter le poids.

  • Un guidon papillon pour changer de position plusieurs fois par jour

  • Et des pneus anti-crevaison avec une couche kevlar (il en existe : votre magasin de vélo pourra vous conseiller).
     

Pourquoi ne pas louer ?
La location de vélo peut être intéressante si vous ne voyagez pas fréquemment, ou que son transport jusqu’au point de départ risque de coûter trop cher. Évidemment, vous vérifierez tous les point signalés (notamment le porte bagage indispensable) en demandant conseil au loueur professionnel. Pour trouver une location en France, nous vous conseillons ce site www.ouibike.net.

5/ Préparer son équipement adapté

Prenez ce que vous voulez, mais c’est vous qui porterez ! Quand on part pour la première fois, on a peur de manquer… mais on s’habitue vite à n’avoir besoin que de l’essentiel. Chaque chose a un poids qui comptera alors n’emportez avec vous que le strict nécessaire.

Le trousseau type de cet été (à adapter en fonction de vos envies) :

Vêtements :

  • 1 veste pluie (si possible réfléchissante)

  • 1 polaire

  • 1 coupe-vent (de couleur claire)

  • 1 pantalon

  • 1 gilet visibilité 

  • 1 short

  • 1 maillot de bain

  • 1 serviette

  • 2 tee-shirts 

  • 2 sous-vêtements

  • 1 paire de chaussettes (hors vélo)

  • 1 paire chaussures (hors vélo)

  • 1 paire tongs ou sandales

  • 2 cuissards (avec peau de chamois pour une meilleure protection)

  • 2 maillots de vélo

  • 2 maillots de corps vélo

  • 2 chaussettes courtes pour le vélo

  • Votre casque

  • 1 paire de gants de vélo

  • Lunettes de soleil

  • Vos chaussures pour le vélo (elles peuvent être les même qu’en dehors du vélo)

Mécanique :

  • 4 tendeurs + 1

  • 1 chambre à air VTC

  • rustines

  • Outil multifonction

  • Clé de 15 (si vous n’avez pas d’attache rapide sur le vélo)

  • Pompe

  • Colliers Rilsan toutes tailles + Scotch armé + une corde (ça peut dépanner)

Les indispensables :


Trousse de toilette (dont crème solaire, savons multi-usage et dentifrice solide écologiques) – Trousse à pharmacie (dont anti-moustiques, pince à tiques, couverture de survie) – 1 rouleau de papier toilette dans un sachet zippé – antivol – lampe frontale – le GPS, guide vélo, carte routière – 1 lessive à la main – de quoi prendre de belles photos et un joli bouquin à dévorer avant de vous endormir…

Pour le pique-nique : un canif, de quoi boire (bidon, gobelet rétractable…), une cuillère.

 

Si vous partez en camping :

Légers et compacts : Tente – Matelas – Sacs de couchage
Popote et Camping gaz – Un couteau de qualité – Une éponge – Un briquet

6/ Tentez quelques sorties et formez-vous à la mécanique


Sans parler d’entraînement, si vous le pouvez, faites quelques sorties avant de partir, sur 2-3 jours. Vous vérifierez ainsi votre équipement indispensable, votre position sur le vélo et le poids de tout ce que vous imaginiez emporter. Vous pourrez aussi vérifier vos capacités physiques pour les premières étapes quotidiennes.

Également, pour éviter un énervement ou un désespoir sur le trajet, formez-vous sur les bases de la mécanique vélo : remplacer une chambre à air ou réparer une crevaison, connaître les outils dont vous avez besoin pour resserrer les vis de votre vélo, comment graisser votre chaîne et changer un maillon, changer des patins de freins, des câbles, reconnaître les points cruciaux sur votre vélo : ce sont les essentiels pour vous en sortir en cas de problème ! 

7/ Comment rejoindre son point de départ ?


Déjà, si vous souhaitez voyager à vélo, évitez de prendre trop de transports : pourquoi ne pas partir de chez vous directement ? La chose la plus complexe dans le voyage à vélo, c’est de ne pas voyager sur le vélo, c’est aussi vrai en France… Et puis la planète ?!

Les transports type avion, bus, train, bateaux ne sont jamais pratiques.

Sauf ultra nécessité, oubliez l’avion pour vous déplacer en France, et nous vous invitons à vous renseigner côté trains : le moins compliqué sera avec les trains régionaux, sinon il vous faudra une sacoche pour votre vélo à démonter… que vous porterez ensuite dans votre sacoche vélo ! Il est vrai que certains trains, en plus des TER, admettent les vélos non démontés : il faut réserver, qu’il y ait de la place, payer 10 € et… bien souvent faire retirer les bagages de quelques voyageurs qui s’attribuent ces emplacements vélo.

 

8/ Comment s’orienter sur le parcours ?


Vous êtes plutôt carte routière ou GPS ? Nous vous conseillons le GPS évidemment, mais en gardant toujours avec vous une carte routière de votre trajet (au cas où…). En France, pour certains grands itinéraires, il existe maintenant des guides vélo plutôt pratiques pour emporter dans la sacoche.

Pour télécharger vos circuits le plus simple et complet sera veloenfrance.fr nous vous invitons aussi à regarder du côté des applis GPS pour le vélo du type Geovelo, plutôt bien faite, ou la toute nouvelle Link, développée par TwoNav qui est également fabricant de GPS, partenaire technique de la Fédération française de cyclotourisme, et intègre donc les circuits de veloenfrance.fr .

 

9/ Soyez prêt à un peu d’aventure


Oui : vous aurez à improviser. Vous aurez beau tout prévoir, il y aura forcément de l’imprévu : se tromper de chemin, panne mécanique, rencontres, détours à faire, aléa climatique… Laissez-vous porter, sans crainte, car en général, tout cela laisse de très bons souvenirs. Ainsi, vous serez dans les meilleures conditions pour lâcher prise et vous dépayser même à quelques centaines de kilomètres de chez vous !

10/ Profitez : c’est les vacances !


Il ne vous reste maintenant plus qu’à respirer, vous émerveiller de chaque instant, profiter de chaque rencontre… Le voyage à vélo c’est inoubliable, car on prend le temps de vivre tout en découvrant à l’air libre le pays visité.

Santé : La chaleur ça nous fait suer!

À l’effort, le « moteur » chauffe. La température monte : 38-38,5 °C, voire plus. Il faut le refroidir !

La solution la plus écologique, bien connue de tous campeurs souhaitant garder ses bouteilles au frais, est de produire du froid par évaporation. Recouvrir la bouteille d’un tissu mouillé. Pour notre corps, faute de passer sous la douche tous les quarts d’heure, il nous faut faire avec l’eau qui est en nous. 

De sous la peau, de l’eau va passer sur la peau. C’est ce que nous appelons la transpiration. Et quand la température monte durablement, il nous faut transpirer de plus en plus abondamment. La perte hydrique peut être considérable parfois un litre par heure, voire plus. Mais la sueur, ce n’est pas que de l’eau. Son goût salé nous alerte sur son contenu ; en effet, à travers la peau, passent des sels minéraux qu’il nous faudra retrouver au plus vite : calcium, magnésium, mais aussi sodium.

Cette fuite minérale va perturber l’équilibre interne. Seule une boisson minéralisée va nous permettre de continuer l’effort. La crampe nous guette ! Donc de l’eau plate ne suffit plus.

chaleur2.jpg

Quelques règles à respecter

  • Boire régulièrement (par petites quantités) tout au long de la journée, indépendamment de tout exercice physique ; ne pas attendre « d’être à sec » pour refaire le plein !

  • Lors d’une sortie de courte durée (moins de deux heures), une simple gourde d’eau suffit. Boire deux à trois gorgées régulièrement dès le premier quart d’heure.
    De l’eau plate, bien sûr, mais pourquoi pas de l’eau minérale et, qui plus est, riche en bicarbonate. Si vous portez votre choix sur une eau gazeuse, il est préférable de la « dé gazéifier » avant de la mettre dans votre gourde !

©FFVélo

  • Pour une sortie longue (de plus de trois heures) prévoir une deuxième gourde avec une « alimentation liquide ». Si vous utilisez des poudres diététiques du commerce, il est souvent souhaitable de les diluer plus qu’indiqué sur la notice ; pour les préparations « maison », il est indispensable de bien connaître les dosages ! Un surdosage peut causer quelques désagréments (diarrhées, etc.).

 

  • Il n’y a pas de deuxième gourde idéale. En effet, toute préparation doit être testée. Goût, bonne dilution, de façon à ce qu’il n’y ait pas saturation. Lors d’une pause, pourquoi pas une bonne soupe de légumes mixée et légèrement salée.

 

  • Pour réduire la transpiration, pensez à vous « arroser ». En effet, puisque c’est l’évaporation qui refroidit, peu importe d’où vient l’eau. Il suffit juste de ne pas se tromper de gourde !

 

  • À l’issue d’une sortie longue, vous disposez d’une demi-heure très favorable pour réparer les « dégâts ». Buvez une eau minéralisée, si possible riche en bicarbonate ; alternez avec un apport de glucides (liquides ou solides) et ne dédaignez pas quelques protides de qualité. En effet, protides et glucides sont complémentaires en phase de récupération. Le lait, de ce point de vue, réunit de nombreux avantages. Du petit-lait, c’est encore mieux. Encore faut-il en avoir sous la main.

 
Daniel Jacob, instructeur fédéral FFVélo

Rouler en groupe en toute sécurité

Partager sa passion du vélo entre amis est légitime, cependant, rouler en groupe implique le respect de certaines règles de sécurité.

Pour circuler en groupe, nous retrouvons les mêmes règles que lorsqu’on circule individuellement bien sûr mais avec quelques  ajouts. 

La distance de sécurité :
elle doit nous permettre de nous arrêter sans percuter le cycliste qui nous précède en cas de freinage d’urgence. 

Par rapport au freinage d’urgence :
c’est la communication verbale et les signes conventionnels car en fonction de la vitesse et du vent la parole devient inaudible. 

La communication doit être anticipée :

dans le sens de circulation pour le changement de direction par exemple, et répétée par chaque cycliste pour être sûr d’être compris par tous, mais aussi dans l’autre sens pour avertir de l’arrivée d’un véhicule. 

Pas plus de deux de front et retour en file indienne lorsque les circonstances l’obligent, et un groupe commence… à deux personnes.

Denis Vitiel Président de la commission Sécurité FFVélo

5. Découvertes

Découvrir la France à vélo et ses territoires avec des circuits spécialement conçus pour leurs attraits touristiques, culturels et leur sécurité.

4 000 circuits dans toute la France à portée de clics !

Pratique, interactif et gratuit, le portail veloenfrance.fr va devenir cet été votre indispensable compagnon de balade. Et pour cause. Cette plateforme unique permet d’accéder à des milliers de circuits spécialement conçus pour leurs attraits touristiques, culturels et leur sécurité.

Préparer votre randonnée ou simplement vous géolocaliser afin d’explorer la zone géographique la plus proche... Il sait tout faire !

 

Le site, entièrement géré par les amoureux du vélo et du patrimoine de la Fédération française de cyclotourisme, a été pensé pour être un outil pratique au service du plus grand nombre quelque soit son niveau sportif et ses envies de découverte.

Grâce aux filtres de recherche chacun peut y choisir son circuit en fonction du type de vélo, du dénivelé, de la distance, du temps de parcours, et du niveau de difficulté.

Carte-Cyclo.png

Carte interactive disponible sur:

veloenfrance.jpg

Une fois votre circuit sélectionné et exporté sur GPS ou téléchargé au format PDF, pensez à vous rendre sur les rubriques « Bonnes adresses » et « Plus beaux sites de France ». Vous  y trouverez de quoi compléter utilement les préparatifs de votre circuit.  Les bonnes adresses vous permettront d’identifier sur votre parcours les professionnels du tourisme et du vélo qui s'engagent à fournir un accueil de qualité et des services adaptés aux besoins des touristes à vélo. En cliquant sur la rubrique les « Plus beaux sites de France », vous découvrirez les hauts lieux touristiques labélisés par la Fédération française de cyclotourisme - 6 sites par département - avec un descriptif et les contacts de chaque site.

 

Une des ressources présente sur veloenfrance explique également certainement pourquoi cette plateforme est une référence incontournable dans la pratique du tourisme à vélo : son espace entièrement dédié à la pratique du VTT de randonnée !

 

80 bases VTT répondent aujourd’hui aux critères exigeants du label « Bases VTT » délivré par Fédération, en garantissant infrastructures et services de qualité :

  • des parcours de difficultés et de longueurs variables, entièrement balisés, et développant au moins 100 kilomètres (dont au minimum un parcours VTT de niveau très facile ou facile et un autre de niveau difficile ou très difficile)

  • une carte des parcours ou des fiches circuits

  • un point d’accueil disposant de kits de réparation

  • un hébergement, un restaurant ou un commerce alimentaire à proximité du point d’accueil

  • des points d’intérêt touristique

 

Cette description de la plateforme veloenfrance.fr serait incomplète si on ne vous disait pas que vous pouvez également y trouver tous les grands itinéraires (De la Vélodyssée® à la Grande traversée du Jura...), les coordonnées et contacts des 3 000 clubs de la Fédération française de cyclotourisme pour y rencontrer et échanger avec des passionnés du tourisme à vélo, des offres de séjours courts ou long en France et à l’étranger... !

La voie des vignes 
Une idée de circuit à consommer sans modération !

Voilà un circuit, très facile d’accès, à faire par portion ou mieux en 2 ou 3 jours tant les occasions de faire des haltes sont nombreuses.

 

Un voyage à la rencontre d’un patrimoine riche, inscrit depuis 2015 au patrimoine Mondial de l’Unesco au titre « des climats du vignoble de Bourgogne », entre routes de campagne, paysages viticoles, traversée de villages dont les noms mondialement connus évoquent les grands crus Pommard, Volnay, Meursault, Puligny-Montrachet… et des haltes chez les vignerons qui vous accueilleront avec convivialité et simplicité pour vous faire découvrir les vins du terroir et leur passion.

En partant de Marsannay-la-Côte, aux portes de Dijon, vous traverserez 37  villages, 32 grands crus et 47 parcelles de vignes, avant votre arrivée à Santenay, aux portes de la Côte-d’Or... 67 Km d’éblouissement pour les yeux et les papilles.

 

VOTRE ITINÉRAIRE

Marsannay-la-Côte à Nuits-Saint-Georges (20,60 KM)  

Dès le départ, cette étape vous plonge dans les merveilles du vignoble de la Côte de Nuits.

Marsannay est une appellation unique en Bourgogne autorisée à produire des vins dans les trois couleurs.

Depuis la propriété viticole du château de Marsannay admirez la vue exceptionnelle qui s’offre à vous.

Élancez-vous sur la route bordée par les fameux murets de pierres sèches, des paysages viticoles changeants jusqu’à la commune de Fixin et son lavoir d’eau ferrugineuse.

À travers les vignes, à quelques kilomètres de Fixin, vous arriverez au village de Gevrey-Chambertin avec ses maisons de pierres, ses ruelles pleines de charme, et ses vins mondialement connu grâce à ses 9 Grands Crus et 26 Premiers Crus !

 

Entre Gevrey-Chambertin et Vosne-Romanée, 10 kilomètres de vignes à perte de vue qui concentrent 25 Grands Crus dont le Musigny, le seul Grand Cru en vin blanc !

En prolongeant votre balade vous arrivez à la parcelle viticole la plus célèbre au monde et ses 1,8 hectares de vignes de Romanée-Conti.

Votre parcours à travers la Côte de Nuits saura vous combler grâce aux nombreux monuments emblématiques de l’histoire de la région, ses paysages, ses villages préservés et authentiques, sa dégustation de vins d’exceptions et de sa gastronomie,

 

Nuits-Saint-Georges à Beaune (24,40 Km)

À Nuits-Saint-Georges ne manquent ni les bonnes tables ni les occasions de déguster un grand cru. Flânez dans les ruelles, allez à la rencontre des artisans, viticulteurs et agriculteurs qui vous accueilleront et sauront partager avec vous, en toute simplicité, leur passion et des savoir-faire uniques. Ne manquez pas de découvrir un lieu de création artistique unique en France : la Karrière à la sortie de la ville.

Après Nuits-Saint-Georges, s’ouvrent devant vous les portes des coteaux de la Côte de Beaune. Les paysages vallonnés vous mèneront près des carrières de Corgoloin et de Comblanchien qui contribuent à donner le caractère typique des vins de la Côte de Beaune.

 

Beaune à santenay (22 km)

Beaune vous ravira par sa beauté médiévale, ses adresses gourmandes, ses artisans, et domaines viticoles qui sont innombrables. Un concentré du savoir-faire bourguignon !

Profitez de la visite de l’Hôtel-Dieu datant de 1443, monument le plus visité de Bourgogne grâce à ses toits multicolores et ses lits à baldaquins rouges immortalisés dans le film "La Grande Vadrouille". Ancien hospice, le site organise chaque année depuis 1859 la plus ancienne et réputée vente de charité au monde, chaque 3ème  week-end de novembre.

 

Depuis Beaune, en serpentant sur de petites routes vous arriverez après quelques kilomètres à Pommard, symbole du pinot noir.  À noter l’incontournable visite du magnifique château et des sublimes jardins à la française.

 

En poursuivant sur la Voie des Vignes, vous arrivez à Meursault !

Décors du film La Grande Vadrouille, mettez vos pas dans ceux de Louis De Funes et Bourvil. Arpentez ce village, ses rues et ruelles, visitez ses châteaux viticoles...Meursault est une véritable pépite dont tout le patrimoine est intimement lié à la culture de la vigne. D’un charme incroyable, ses vins blancs figurent sur les plus grandes tables.


Sur la route qui vous mènera à Santenay vous passerez - et vous arrêterez sans aucun doute – par les communes de Puligny-Montrachet et Chassagne-Montrachet. Ces villages, et leurs terres plus rocailleuses que dans le reste de la Côte de Beaune, produisent l’un des vins blancs sec le plus réputé au monde, sous l’appellation Montrachet !

 

Vous voilà, à regret on en est convaincu, déjà arrivé à destination à la belle ville de Santenay. Ville thermale, de loisirs et de sport, vous pourrez profiter de ses nombreuses activités.

 

Avant que vous ne partiez à la découverte de terroirs exceptionnels, il nous reste à donner aux amateurs de produits régionaux une excellente nouvelle. La Voie des Vignes est depuis 2020 labellisée « Vélo & Fromages ».

Les vins que vous aurez l’occasion de déguster sont à consommer, comme vous le savez avec modération, et mériteront d’être dégustés et accompagnés de fromages issus de l’artisanat fromagé régional !

6. Le vélo ça s'apprend!

Sport, loisir, moyen de transport... Le vélo est à la mode en particulier chez les jeunes.

Pour être pratiqué en toute sécurité et de manière autonome il requiert un apprentissage. Isabelle Gautheron, directrice technique nationale de la Fédération française de cyclotourisme, explique les objectifs des Écoles françaises de vélo.

header-les-jeunes.jpg

©FFVélo

Une école pour apprendre à faire du vélo ! Le vélo ça s’apprend ?

Le vélo ça s'apprend et ça ne s'oublie pas. Ce n'est pas parce que l’on arrive à monter sur un vélo, à maîtriser son équilibre et à rouler que l'on sait faire du vélo.

D’autant qu’un enfant qui commence à « savoir » faire du vélo, c'est à dire qu'il maîtrise le pédalage et pense maîtriser le freinage, a tendance à aller de plus en plus vite. Il est impératif qu'il apprenne à prendre en compte certaines informations de son environnement. S’il roule en groupe, il devra prendre en compte la position de ses camarades. La chaussée n'est pas toujours linéaire, on peut passer d'un sol glissant à un sol sec, à un sol avec des gravillons, il peut y avoir des trous... Il y a des comportements à acquérir et à adapter en fonction des aléas de son parcours.

Savoir faire du vélo c'est l’addition d’un certain nombre de compétences dans la maniabilité du vélo et son pilotage, avoir un comportement adéquat et adapté à l'environnement dans lequel on roule.

C’est pourquoi à l’École française de vélo nous enseignons aux jeunes l’ensemble des apprentissages qui leur permettent d’acquérir ces compétences et comportements. Rouler de manière sécurisée et être autonome.

 

Quels sont les champs d’apprentissages de vos écoles ?

Le projet pédagogique de nos écoles intègre plusieurs ateliers d’apprentissage qui permettent aux jeunes d’acquérir les bons réflexes et les bons comportements. Maniabilité et pilotage du vélo, code de la route, premiers secours, partage de la route, savoir faire face aux situations imprévues, respecter l’environnement, savoir doser sa pratique sportive, réparation de son vélo et ateliers de mécanique, orientation... sont quelques-uns des apprentissages que nos jeunes maîtriseront au sortir de leur formation. C’est une formation complète délivrée par des encadrants expérimentés dans une approche résolument ludique. Le vélo c’est avant tout du plaisir !

Il y a plusieurs phases d'apprentissage dans le vélo et des degrés d'apprentissage selon l'âge des enfants.

En pratique, tout débute par une phase qui est obligatoire de maîtrise du vélo et d’acquisition de maniabilité de son vélo, de son environnement et des bons comportements C'est le tronc commun à toutes les pratiques du vélo que ce soit pour se rendre à l’école, le vélo taf, le vélo sportif, le VTT, la mobilité au quotidien et évidemment le cyclotourisme. Où je me place sur la chaussée, comment je prends en compte les autres usagers, est-ce que j’évolue en milieu protégé sur des pistes cyclables, sur des chemins ?... Pour nous c'est le point de départ. D’ailleurs dans nos écoles tant qu'un jeune ne maîtrise pas ces aspects on ne l'amène pas en milieu ouvert pour des raisons de sécurité.

Une fois que les enfants maîtrisent leur vélo et les bons comportements ils sont prêts pour  des sorties régulières en milieu ouvert sur route ou à VTT. C’est le temps de la mise en pratique de savoirs théoriques et l’apprentissage de techniques spécifiques de pilotage qui leur serviront quel que soit l’environnement dans lequel ils évoluent.

Franchir une difficulté, une descente ou une montée avec des pierres, des petits virages en dévers, une rigole à passer... c'est très technique !

 

D’autres activités sont mises en place à l’École Française de vélo et permettent aux jeunes de devenir autonome. Le jeune va acquérir des notions poussées de mécanique. Un jeune qui sort de l'École française de vélo sait monter un vélo de A à Z sans problème. Un jeune doit être capable quand il sort de l'école de faire un voyage itinérant tout seul ou avec ses copains. Il saura avec un GPS ou avec une carte se repérer pour pouvoir reprendre son itinéraire. C'est remarquable ce qu'ils sont capables de faire ! Il y a des activités liées à la découverte de la faune et de la flore, à la lecture de paysages. On leur enseigne la progressivité c'est à dire à maîtriser leurs capacités physiques. Si j'ai 30 km à faire l'objectif ce n’est pas de les faire en un temps record mais de le faire dans un temps qui me permettra le lendemain de pouvoir repartir et faire à nouveau 30 km !

En fin de compte les Écoles françaises de Vélo sont des écoles de vie ! Elles organisent des week-ends, des voyages itinérants, des randos raids, des rallyes raids... Autant d'activités très ludiques où la notion de compétition n’a pas sa place. Le fait qu'il n’y ait pas cette notion de compétition entre eux fait ressortir des valeurs de convivialité, de solidarité, de respect des règles et des autres. Des valeurs qui sont l’ADN du cyclotourisme et de la Fédération.  

 

À partir de quel âge peut-on s’inscrire à l’une de vos écoles ?

Sur les 13 000 mineurs licenciés de la fédération, nous accueillons aujourd’hui dans nos écoles plus de 9 000 jeunes de 3 à 18 ans révolus.

Nos écoles sont donc réservées aux mineurs qui viennent faire du vélo dans un cadre règlementé, de progression et de progressivité. Les clubs de la Fédération qui souhaitent ouvrir une École française de vélo doivent déposer un projet pédagogique, poser un calendrier d'activités, se soumettre à certains contrôles et ont l’obligation d'avoir un éducateur. Par conséquent on sait que le jeune va avoir un cycle de formation préétabli. C'est très rassurant pour les parents de savoir que leurs enfants évoluent dans un cadre organisé.

 

Vous confier un enfant avec l’objectif d’acquérir les compétences que vous évoquiez mais sans pour autant vouloir devenir un cyclotouriste a-t-elle du sens ?

La Fédération française de cyclotourisme est une fédération d'abord d'activités sportives dont la vocation est de faire découvrir le tourisme à vélo. Pour ce faire il faut préalablement transmettre aux jeunes la passion du vélo. La transmission de la passion du vélo est d’ailleurs l’un des nombreux objectifs de la Fédération.

Le cyclotourisme c’est un état d’esprit et un loisir merveilleux qui permet la découverte de notre patrimoine mais on est d'abord là pour faire du vélo. On vient au vélo et on devient cyclotouriste.

J’ai tendance à dire aux parents, vous voulez que votre enfant sache faire du vélo, votre enfant aime bien le vélo ? Alors n'hésitez pas à passer la porte d'une École française de vélo.

Pourquoi ? Parce que votre enfant va être pris en main par une équipe d'éducateurs compétents dotés en matériel et outils pédagogiques. Une équipe qui va mettre en place toute une pédagogie où votre enfant pourra progresser à son rythme. On va développer chez l’enfant des comportements durables de façon très naturel que ce soit pour faire du vélo au quotidien ou pour aller à l'école. Tout cela dans le respect des valeurs de la Fédération française de cyclotourisme de solidarité, de plaisir, de convivialité et de partage et de bienveillance.

 

Quel est le coût de la formation ?

12 euros pour une année... Pour une activité vélo une à deux fois par semaine !

La Fédération prend à sa charge le reste du coût réel de la formation. Pour un coût modique des répercussions évidemment très positives pour l’enfant en terme social, de plaisir que va lui procurer son activité et de ce qu’il va apprendre.

 

Comment trouver une école pour y inscrire son enfant ?

Il existe aujourd’hui 400 Écoles françaises de vélo.

Vous pouvez trouver l’école la plus proche de chez en vous rapprochant de la Fédération française de cyclotourisme. Sur notre site veloenfrance.fr/clubs ou en nous appelant au 01 56 20 88 88.

7. Prolonger la pratique du vélo toute l'année

L’accueil dans les clubs a toujours été une grande priorité pour la Fédération française de cyclotourisme : avec des acteurs locaux investis au quotidien, pour organiser, baliser, transmettre ; des hommes et des femmes de tous les jours qui ont à cœur de partager leur passion. Pousser la porte d’un club de cyclotourisme, c’est entrer dans un univers convivial, dans un  esprit sportif, aller à la rencontre de passionnés qui sauront accompagner le néophyte sur son vélo ou partager l’activité avec les plus aguerris.

Les clubs de cyclotourisme proposent une pratique diversifiées adaptée à tous : sportive, contemplative, familiale ou tout simplement axée vers les jeunes. Plus qu’une activité sportive, le cyclotourisme en club c’est un art de vivre.

 

Choisir son club

Une plateforme interactive permet de géolocaliser les clubs proches de ses habitudes de pratique (Route, VTT, écoles pour l’apprentissage des jeunes, accueil handicap).

Rendez-vous sur  veloenfrance.fr/clubs

TROIS SORTIES GRATUITES AVANT DE S’INSCRIRE

Il est possible de participer à trois sorties gratuites consécutives dans un club et connaître ainsi l’ambiance de l’association avant de s’engager ; ou mieux, les nouveaux pratiquants peuvent participer à un programme « Pré-accueil » de dix sorties gratuites pendant lesquelles une initiation et des distances progressives sont proposées avant de devenir un inconditionnel des balades à vélo.

 

Tous les avantages d’adhérer

-           Réduction de tarif sur les 3 500 randonnées qui composent l’agenda des clubs.

-           La garantie d’une assurance adaptée à sa pratique.

-           Partager sa passion avec d’autres et intégrer un réseau d’adeptes.

-           Bénéficier d’une communauté d’entraide avec 1 000 « Cycl’hôtes » (hébergement, soutien mécanique, accompagnement, conseils…).

-           Des formations tout au long de l’année pour débuter ou se parfaire sur les bases de la pratique du vélo : pilotage, orientation, mécanique…

-           Des tarifs privilégiés grâce à aux partenaires du Club avantages.

 
 
 

8. Liens utiles

logoffv_2.jpg
veloenfrance.jpg
logo_mag.jpg
Carte-Cyclo.png
CARTE INTERACTIVE DES CIRCUITS
Les plus beaux sites de France (BCN - BPF)
Territoires vélo - Bases VTT
  • Instagram
  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube
Abonnez-vous aux réseaux
sociaux de la Federation
FFV Boutiqelogo.png
Dossier Spécial Cyclotourisme en France
Réalisé par Segment Média en partenariat avec La Fédération Française de Cyclotourisme
SegMed_540px.png